La loi de cause à effet : Comment sortir de la souffrance



« Si vous voulez savoir ce que vous étiez dans les vies antérieures, regardez ce que vous êtes actuellement ; si vous voulez savoir ce que vous deviendrez dans les vies futures, regardez ce que vous faites maintenant »

Proverbe Tibétain


Tout acte est le mûrissement d’une cause antérieure et celui-ci aura une conséquence dans le futur.

Ce que nous sommes aujourd’hui est le résultat des actes passés et ce que nous effectuons maintenant, déterminera l’avenir.

Cette loi de causalité du karma est ce qui conditionne toute notre existence.

Cependant, tous ces conditionnements ne sont pas définitifs car nous avons une certaine part de liberté et, quelles que soient les circonstances, il demeure toujours une possibilité de choix. En résumé, il y en a deux : soit de progresser vers la lumière de l’éveil, soit de régresser vers les ombres de l’ignorance ( état de celui qui ne connait pas l'existence).

C’est la raison pour laquelle nous avons le libre arbitre.

Bien que nous soyons prédisposés depuis la naissance, ces propensions ne nous déterminent pas totalement. Il est donc en notre pouvoir de nous libérer ou de nous aliéner.

C'est là où intervient une autre loi universelle : celle du choix.


Nous sommes tous créateurs et responsables de nos vies, il ne sert donc à rien d'entretenir des jugements, des suppositions qui entretiennent la souffrance. Chacun fait suivant son état d'ignorance, chacun est responsable de lui-même, il en revient donc à chacun de mettre en place une vie qui lui correspond en tous points et qui est la résultante de ses expériences passées et non dû à des réactions extérieures.


L'amour universel nous invite à voir l'autre comme "SOI-même", à travers, en autre de ce prisme.

Plutôt que de nous combattre extérieurement (donc intérieurement) en nous jugeant les uns et les autres, nous devrions peut être à être plus tolérant avec nous-même et donc avec l'autre.

Evidemment nous d'adhérerons pas à tout, nous pourrons toutefois nous mettre à sa place et comprendre que sa démarche lui est propre et que chacun fait ce qui lui convient, dans l'état d'ignorance qu'il a à l'instant T.

Ainsi, plus nous travaillons sur nous-même, et plus il nous est facile d'accueillir l'autre dans sa différence tout en respectant nos limites personnelles.

Cela évite la souffrance inutile de la condamnation, du jugement, du rejet et cela invite à la compréhension, la tempérance et l'acceptation que ce qui nous sépare aujourd'hui peut très bien s'effacer demain, car l'état d'ignorance sera rattrapée par celle de la connaissance.




60 vues

Recevoir les actualités

Me suivre

  • Instagram
  • YouTube
  • Linkedln
  • Facebook
  • Pinterest

Contact :

 

vducourneau@hotmail.fr 

39 rue du Professeur Pozzi

24100 Bergerac

 

06 28 52 63 30

Refonte par Lacky Agence Web www.lacky.fr